Home / Sexy / Sexe : Pourquoi fait-on plus l’amour en été ?

Sexe : Pourquoi fait-on plus l’amour en été ?

Sea, sex and sun. On prononce ces mots comme par réflexe dès que l’été pointe le bout de son nez. Mais le soleil et la plage stimulent-ils vraiment le désir ? Qui dit grand ciel bleu dit sexe torride ? Prend-on congé d’une sexualité terne pendant les vacances estivales ? Réponse avec le sexologue Pascal de Sutter.

La sexualité des êtres humains ne dépend pas des saisons, contrairement aux autres animaux, pour qui la saison des amours est calée pour permettre aux petits de naître pendant la meilleure période en termes alimentaires et donc d’être mieux nourris. Pour autant, chez l’homme, on peut constater un léger pic de naissances en mai, soit neuf mois après août. Signe d’un plus grand intérêt pour la sexualité pendant l’été ?

Bien sûr, quand il fait plus de 35 degrés à l’ombre et que l’on sue, on peut avoir du mal à envisager un rapprochement sexuel. Mais, outre que la chaleur n’empêche en rien une sexualité active (la preuve dans les pays chauds), les gens qui aiment le sexe sont loin d’être dégoûtés par la peau luisante et glissante : transpirer fort peut être perçu comme érotique.

Si ce facteur de sudation peut brider et couper l’envie, il pèse peu dans la balance comparé à tous les avantages sexuels que procure la période estivale.

Lumière et jours allongés

On sait que les périodes sombres ont un effet dépressif. Or déprimer tue le désir sexuel. La lumière de l’été, la longueur des journées dynamise et incite à passer des soirées prolongées… et pleines de sensualité.

Repos et temps libre

L’été est aussi une période de vacances ou, tout du moins, de repos. Si la fatigue anéantit le désir, le lâcher-prise procure l’effet inverse. Plus on a de temps libre (et plus on est zen), plus on peut le consacrer à nos amours.

Garde-robe et excitation visuelle

L’été a également pour intérêt de modifier la garde-robe. Or les vêtements courts et légers peuvent avoir pour effet de stimuler le désir sexuel.

Celui des hommes d’abord, qui, en raison de leur sexualité majoritairement voyeuriste, apprécient (voire reluquent) les mini-jupes et les décolletés des femmes, laissant entrevoir leurs courbes. Celui des femmes, dont la sexualité est davantage exhibitionniste, qui se sentent plus désirables dans une petite robe ou sans soutien-gorge, et éprouvent du plaisir à être remarquées – sans pour autant être indifférentes à la plastique masculine.

Cette stimulation du regard provoque du désir et des fantasmes, que les individus ramènent chez eux le soir… et mettent en pratique avec leurs partenaires.

Peau dénudée et sensualité

Sans compter que l’on est plus souvent en contact avec la peau qu’avec du tissu. Caresser la cuisse nue de son/sa partenaire en voiture est tout de suite plus sensuel que de peloter un gros pantalon d’hiver.

Et, comme il fait plus chaud, on oublie le pyjama en laine et les chaussettes norvégiennes et on se couche dénudé. Ce qui est davantage propice à une sexualité active.

Amours champêtres

L’été a un dernier avantage : celui de permettre plus facilement les amours champêtres, que ce soit dans les bois, les champs, la plage ou même la voiture (en hiver, s’arrêter sur le bord d’une route glaciale refroidit les sens !).

Les gestes sensuels peuvent avoir lieu n’importe où : une caresse sous une porte-cochère, une main sous la jupe dans le recoin d’un parc… Résultat : le sexe n’est plus réduit à l’horizon de la chambre ou du domicile.

Source : LePlus.NouvelObs.com

email
Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire