Home / Actualités / Un « détecteur de gays » à la frontière pour les empêcher d’entrer

Un « détecteur de gays » à la frontière pour les empêcher d’entrer

Le Koweït a commencé à développer un test censé « détecter les homosexuels » afin de les empêcher d’entrer dans le pays ou dans tout autre pays du Golfe : Bahreïn, Qatar, Oman, Arabie Saoudite et Émirats Arabes Unis.

Un « détecteur de gays » à la frontière pour les empêcher d’entrer

La décision controversée a été confirmée par un responsable du gouvernement koweïtien. Un test médical y serait actuellement développé afin de refouler aux frontières des pays du Golfe les homosexuels.

« Les centres de santé pratiquent des examens médicaux de routine pour évaluer la santé des étrangers quand ils arrivent dans les pays du CCG. Cependant, nous allons prendre des mesures plus strictes qui nous aideront à détecter les homosexuels, qui seront ainsi empêchés d’entrer au Koweït ou dans un autre pays du CCG. » a expliqué au journal Al Rai le directeur de la santé publique koweïtien, Youssouf Mindka. Il n’a pas précisé de quelle manière serait déterminée l’orientation sexuelle. Le projet sera débattu le 11 octobre au Sultanat d’Oman.

« Ces propositions ne sont pas seulement absurdes, mais contraires au droit international relatif aux droits humains. Plusieurs États du Golfe ont fait de grands efforts pour ouvrir leur commerce aux affaires internationales. Leurs dirigeants devraient réfléchir sérieusement avant de restreindre la liberté de circulation […] simplement en raison de l’orientation sexuelle. » s’est indigné Richard Lane, militant pour le droit des homosexuels de l’organisation Stonewall.

L’homosexualité est encore illégale dans 78 pays, elle est même punie de la peine de mort en Iran (plus de 4.000 exécutions depuis 1979), Arabie Saoudite, au Soudan, Yémen et en Mauritanie (par lapidation) et par des coups de fouet et autres châtiments ailleurs. Au Koweït, les homosexuels peuvent être emprisonnés pendant 10 ans.

Source : CitizenPost.fr, Kuwait TimesDaily Mail

email
Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire