Home / Animaux / Une femme attaquée par une meute de chats errants

Une femme attaquée par une meute de chats errants

Une trentenaire a été attaquée par une meute de chats fin juillet à Belfort alors qu’elle promenait son chien à proximité d’un bois. « Ma fille a cru vivre un véritable cauchemar », a expliqué la mère de la victime.

Une femme attaquée par une meute de chats errants

Si les attaques de chats envers les Hommes sont très rares, c’est la mésaventure qui est arrivée à une femme d’une trentaine d’années dimanche 21 juillet à Belfort, aux alentours de 19h, comme le rapporte L’Est Républicain sur son site internet.

« Ils lui ont même percé une artère »

La femme, âgée de 31 ans se promenait tranquillement avec sa petite chienne à la lisière d’un bois, sur les Terrasses du Mont, lorsque une demi-douzaine de chats ont attaqué. Sans crier gare, la meute de félin est sortie en trombe de fourrés, puis s’est férocement jetée sur le pauvre caniche nain de couleur abricot.

« Les chats l’ont griffée et mordue à plusieurs reprises et se sont acharnés sur elle », relate Josette Galliot, mère de la victime. « Ils s’en sont pris ensuite à ma fille qu’ils ont réussi à faire tomber. Les chats déchaînés l’ont mordue à la jambe et aux bras. Ils lui ont même percé une artère. Ma fille a cru vivre un véritable cauchemar. Elle est aujourd’hui encore traumatisée, au bord de la dépression ».

Deux victimes, deux véhicules

La victime a été transportée en urgence à l’hôpital par les pompiers. Ces derniers, à l’aide d’un autre véhicule, ont également porté le caniche aux urgences vétérinaires. « Le vétérinaire nous a dit, qu’en trente ans d’exercice, il n’avait jamais vu cela », précise Josette Galliot. « Il ne trouve aucune explication au comportement anormal de ces chats », ajoute-elle dans les colonnes de l’Est Républicain.

Sur son lit d’hôpital, sa fille a reçu un traitement antirabique par mesure de précaution, car même si les cas de rage sont très rares, il faut rester vigilant. « Nous avons prévenu la police, les gardes nature », souligne Josette Galliot. « Il faut que l’on nous débarrasse de ce fléau. Il existe une surpopulation de chats dans le quartier, dont de nombreux chats errants. Il y a aussi beaucoup d’enfants ici. On ne veut pas que cela se reproduise ».

Source : Gentside.com

email
Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire