Home / Actualités / Une employée licenciée pour avoir pourchassé un voleur à l’étalage

Une employée licenciée pour avoir pourchassé un voleur à l’étalage

Une vendeuse qui avait poursuivi un voleur à l’étalage et aidé à son arrestation a été licenciée, aux Etats-Unis. Elle aurait violé la politique de son entreprise.

Une employée licenciée pour avoir pourchassé un voleur à l'étalage

Après avoir pourchassé un voleur à l’étalage hors de sa boutique, Karen Sizemore, vendeuse depuis 18 ans chez Lowe’s, une chaîne de distribution américaine spécialisée dans le matériel de jardinage, a eu la surprise de se voir licenciée par son employeur.

« Je ne le referai pas »

Le voleur, identifié et arrêté depuis l’incident, avait pourtant dérobé une mallette à outils d’une valeur de 600 dollars, soit un peu moins de 450 euros. S’étant rendue compte du larcin, Karen a poursuivi le contrevenant jusqu’au parking du magasin. Et si elle avoue n’avoir pas été assez rapide pour l’interpeller, elle a tout de même pu noter sa plaque minéralogique.

« C’était juste sous le coup de l’adrénaline. Je ne le referai pas. J’étais juste arrivée au point où je ne supportais plus ce genre de vols », a confié la vendeuse à WLKY, une chaîne de télévision locale. « J’ai obtenu son numéro de plaque d’immatriculation, c’est comme ça qu’on l’a attrapé. Il est en prison. »

Une question de politique

Dès le lendemain de cet acte héroïque, les collègues de Karen l’ont affublé de petits surnoms sympathiques. « Ils m’appelaient Rambo, ou Wonderwoman » se remémore-t-elle. Mais la fête a tourné court. Quelques jours plus tard, la quinquagénaire apprenait son licenciement, motivé par le fait qu’elle aurait violé la politique intérieure de l’entreprise. « Ils m’ont expliqué que je m’étais mise en danger, et que j’avais aussi mis en danger d’autres personnes, donc ils m’ont renvoyée. »

Face à la tournure prise par l’affaire, Lowe’s s’est dernièrement fendue de ce communiqué : « Nos politiques ont été mises en place pour assurer la sécurité de nos travailleurs. Nous avons des directives très spécifiques quant aux potentiels vols à l’étalage, afin d’assurer le bien-être non seulement de notre équipe, mais aussi de nos clients. » Une politique que compte bien combattre Karen Sizemore. La vendeuse vient en effet de prendre un avocat, et s’est dit déterminée à récupérer son job.

Source : Gentside.com

email
Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire